Le Métaphone, salle de concert et instrument de musique urbain Le Métaphone, salle de concert et instrument de musique urbain Le Métaphone, salle de concert et instrument de musique urbain Le Métaphone, salle de concert et instrument de musique urbain Le Métaphone, salle de concert et instrument de musique urbain

Le Métaphone® est un bâtiment musical, une première mondiale. Il est la clef de voûte contemporaine de l’ensemble, il synthétise la nouvelle vocation musicale et sonore du site. Architecture de matières, de sons et de lumières, c’est l’espace emblématique du 9 – 9bis : un bâtiment que l’on regarde et que l’on écoute, immense instrument joué par des musiciens tour à tour invisibles ou mis en scène. Comme la musique, il est inscrit dans le temps, dans la durée : il se transforme en harmonies de sons et de lumières, fluides, éphémères, mais sans cesse renouvelées.

Le Métaphone® est à la fois une salle de concerts et un « instrument de musique urbain » dont les façades produisent et diffusent des sons à l’extérieur, en liaison avec des jeux de lumière. La salle de concert et ses annexes sont contenues dans un volume de béton noir, lui-même enveloppé d’une structure en acier recouverte d’une peau légère constituée d’écailles de matériaux divers : verre clair et dépoli, acier Corten, bois. Cette enveloppe d’écailles s’avance et s’ouvre au-dessus de l’esplanade, formant un large porche qui protège l’entrée et la terrasse. Entre le volume en béton et la peau d’écailles, fixées sur une fine structure métallique, des passerelles techniques permettent d’installer et d’entretenir le matériel pour le son et la lumière. Sur le toit, la trame des écailles est prolongée par une surface 600 m2 de cellules photovoltaïques intégrées. Sous le porche, la cabine de commande de l’instrument est mise en scène, volume rouge qui surgit de la façade noire. Un ensemble escalier et terrasse en porte-à-faux, en acier Corten, complète le dispositif en offrant un autre point d’écoute dans l’espace.

Les éléments instrumentaux sont conçus selon deux principes d’émission : soit mécanique, avec des instruments acoustiques par des interfaces électroniques, soit électroacoustique avec des pots vibrants montés sur les plaques qui deviennent ainsi des membranes diffusantes. Ces plaques sont réparties sur le pourtour du bâtiment, créant une immense surface de jeu, un volume sonore autour duquel les sons peuvent se déplacer. On imagine la variété de timbres qui peuvent être générés. Ces dispositifs ont été mis au point et testés grâce à la réalisation d’un prototype de la façade musicale, composé de 8 modules de 1m2 dont une moitié recevait un instrument acoustique, et l’autre des plaques vibrantes.

Que peut-on composer avec un tel instrument ? Le but est de donner à une salle de concert bâtie dans un site dédié à la musique une forme totalement musicale. Les principes intègrent des données d’espace architectural, de matière et de lumière, mais aussi des données d’environnement et d’usage, de maintenance, de coût. Le son et l’architecture sont et doivent rester indissociables.

Le Métaphone® est un espace hors du commun qui va permettre d’inventer des formes musicales nouvelles, en accord avec l’architecture. L’originalité et la force du projet seront maintenues et renforcées par les musiciens qui, à leur tour, créeront des pièces pour le Métaphone®. Pour le public, ce sera une « curiosité », on viendra à Oignies pour le voir et l’entendre. Il servira à la fois de clocher laïque, pour marquer les heures, le milieu du jour ou la tombée de la nuit, il signalera l’entrée d’un concert ou l’entracte, produira un espace sonore périphérique, discret pour ne pas incommoder le voisinage… Il pourra également être utilisé comme instrument entrant dans une composition pour orchestre, les musiciens étant installés sous le porche.

A l’intérieur, la salle est modulable, pouvant recevoir 500 personnes en configuration « assis » et 1000 personnes en configuration « assis/debout ». Les murs sont tendus de feutre de laine brute, sur ce fond se détache le volume rouge du balcon. Ce dernier communique avec le bar, qui ouvre sur la terrasse. Le rouge du balcon se prolonge dans les espaces du bar et de la cabine du musicien, laissant percevoir à l’extérieur l’atmosphère de l’intérieur.

Lieu

  • Site des fosses 9 et 9bis - Oignies (Pas-de-Calais)

Maîtrise d’ouvrage

  • Communauté d’Agglomération d’Hénin-Carvin - CAHC

Maîtrise d’oeuvre

  • Hérault Arnod Architectes, mandataire
    Florent Bellet et Martin Le Bourgeois, chefs de projet

Cotraitants

  • Café Programmation, programmiste
  • Michel Forgue, ingénieur économiste
  • Cap Paysages

Sous traitants

  • Ducks Scéno, scénographe
  • Diasonic / Louis Dandrel, compositeur
  • Maurice Auffret, acousticien
  • Atelier H. Audibert, conception lumière
  • Batiserf, structure
  • Nicolas Ingénierie, fluides

Surface

  • 1 980 m²

Coût travaux

  • Estimation : 6.3 M€ HT (avec tout l’équipement scénographique et les façades musicales)

Calendrier

  • Etude de définition 2005
  • APS général du projet 9-9bis juin 2007
  • Début des travaux janvier 2011
  • Livraison mai 2013

Caractéristiques principales

  • Salle de concert 500 places assises, 800 debout
  • Peau sonore instrumentale pilotée par des claviers électroniques et ordinateurs
  • Aménagement pour concerts extérieurs

Prototype des systèmes musicaux

  • Conception Louis Dandrel, avec Luc Moreau et Sylvain Ravasse

Images

  • Labtop-rendering
  • Hérault Arnod Architectes

Maquettes

  • Atelier Fau
  • Hérault Arnod Architectes

Photos

  • Maquettes et site : André Morin
  • Prototype de façade musicale : Marie Clérin

Le Métaphone® est une marque déposée par Hérault Arnod Architectes

CREDITS : SUPER-REGULAR + CHRISGAILLARD.COM